DURK « LIL DURK » BANKS: DES QUARTIERS DE CHICAGO À SON EXPLOSION MONDIALE DANS LA MUSIQUE!

Il est l’un des personnages les plus symboliques de l’ère de la drill de Chicago. Il est un personnage incontournable, et ce, pour plusieurs raisons, bonnes et mauvaises. Si Lil Durk a marqué l’histoire de la drill à sa manière et est aujourd’hui au sommet du rap en général, ce n’est pas pour rien. Mais le parcours de Durk n’a pas été sans embûche…

Durk Banks de son vrai nom est né dans le Sud de Chicago, le 18 Octobre 1992. Lil Durk, avec son grand frère D-Thang, vont grandir dans le quartier de la Doggpound. Un quartier dangereux et qui plus est à l’époque, l’était encore plus. Avec son frère, ils vont grandir près d’Hamilton Park, situé entre plusieurs sets ennemis, dont le sien, la Doggpound. Ils vont grandir dans une maison qui n’était presque plus en état d’accueillir une famille. Imaginez alors, que cette maison devait en accueillir trois à quatre par jour. Un véritable calvaire pour Durk et D-Thang qui étaient entassés dans leur maison, dormant à même le sol.

D-Thang

Il ne grandit pas directement à Lamron, lui-même le dit, il vendait même de la drogue à côté de la maison de sa grand-mère, chez la Doggpound, mais on y reviendra après. Deux ans seulement après sa naissance, en 1994, le père de Lil Durk, « Big Durk » (de son vrai nom, Dontay Banks) est condamné à la prison à vie. Big Durk était (et l’est toujours) un patron des Gangster Disciples en général, venant de Central City. Alors que les deux associés de Big Durk le balancent, Big Durk n’a que très peu de chances de revoir la sortie un jour, ainsi que ses deux fils et sa femme. D’ailleurs, dans ses musiques, Lil Durk va à plusieurs reprises dédicacer et « expliquer » brièvement l’histoire de son père. Il en parlera aussi dans beaucoup d’interviews et documentaires.



« They say he got caught with like eight million dollars and like six bricks »
-> « ils disent qu’il s’est fait attraper avec genre 8 millions de dollars et 6 kilos de crack/cocaïne« , rapporte Lil Durk pour Noisey. En effet, Big Durk était un gros trafiquant du Sud de Chicago, fournissant énormément les sets en crack et cocaïne. Dès sa naissance, Lil Durk a donc un nom à faire respecter, et ce n’est pas celui de n’importe qui.

En grandissant, Lil Durk va devenir ce que l’on appelle un « trappeur« . Ce n’est pas nouveau, le rappeur a toujours admis ne pas être à l’aise avec les armes à feu. Il n’est pas quelqu’un qui a fait parler de lui de ce côté-là comme il l’expliquait dans une interview, il voyait ses amis faire leurs « bails », se faire beaucoup plus d’argent que lui en utilisant les armes à feu, mais il préférait être focalisé sur ce qui l’importait le plus, la musique. Difficile de devenir rappeur si t’es derrière les barreaux, et il y avait plus de chances de se faire arrêter en étant un tireur qu’un simple trappeur, et dans le pire des cas, la peine était beaucoup (beaucoup) moins lourde.

En grandissant, Durk va petit à petit se déplacer sur Lamron, où il va passer le reste de ses années jusqu’à quitter Chicago. Doggpound et Lamron étaient déjà alliés à l’époque, les deux étant des sets Black Disciples, ayant les même ennemis et étant proches géographiquement parlant. Malgré tout le bien que lui a apporté Lamron, c’est ici que ses premières années difficiles vont commencer. Lamron est clairement un chapitre important de la vie de Lil Durk. Quand il va arriver à Lamron, IL NE FAIT PARTIE D’AUCUN GANG ENCORE. Il n’est ni un Black Disciple, ni un Gangster Disciple.

Au milieu des années 2000, Lil Durk traîne donc à Lamron et amasse beaucoup plus d’argent que chez la Doggpound, étant donné la réputation de Lamron à cette époque. Il se lie d’amitié alors avec Lil Reese, qui lui aussi a rejoint Lamron (il n’est pas originaire non plus de Lamron). Il va se lier d’amitié avec Lil Law et Killa Kellz, des patrons de Lamron (Killa Kellz est maintenant un membre de la Brick$quad 069, le fondateur pour être précis). Durk a donc le choix: devenir un Gangster Disciple comme son père ou un Black Disciple comme le set où il vit maintenant, Lamron. Sous l’influence et la pression de Lil Law, Lil Durk n’aura pas le choix sur le coup que de devenir un Black Disciple, un choix qu’il ne va finalement pas regretter. L’ère Lil Durk commence alors, et ce alors qu’il n’a que 13 ans, allant sur ses 14 ans.

Racks x Lil Durk

En 2006, Lil Durk va alors avoir 14 ans et va entrer en 9th grade (équivalant de la troisième en France) à l’école Paul Robeson High School (école qui a été démolie en 2018). Cette école est l’une des écoles classifiées de « repères à gang« . Lil Durk va alors être mêlé à des ennemis direct comme le D-Block (qui est devenu une partie de la Brick$quad 069, qui n’existait pas encore à l’époque) et l’Evans Mobb 079. Bien sûr, même si la Brick$quad 069 n’existait pas encore, la rivalité avec Lil Jojo va commencer lors de cette scolarité. De 2006 à 2008 (durant son 9th grade et 10th grade), la scolarité du rappeur va être peu mouvementée, malgré le fait qu’il se retrouve dans des bagarres.

Avant d’attaquer le chapitre qui est sûrement le plus important de sa vie et d’entrer dans le vif du sujet, parlons de son casier judiciaire. Lil Durk a un casier bien rempli. En 2011, il est arrêté pour possession d’arme à feu illégale et sortira sous caution (caution de 7.500$). Il sera renvoyé en prison peu de temps après et purgera 87 jours. Lorsqu’il est incarcéré, Lil Durk doit dire au revoir à ses dreadlocks. Le 27 Janvier 2012, Lil Durk est arrêté pour avoir utilisé son arme à feu sur un véhicule. Il est condamné à 1 an de prison, il ne purgera que quelques mois à peine. Le 6 Juin 2013, Lil Durk est une nouvelle fois arrêté. Alors qu’il était en probation pour son arrestation en 2011, une nouvelle arme à feu est la cause de son arrestation. Il est alors reconnu comme une personne détenant souvent une arme à feu illégale. En effet, à la vue d’un officier de police, Durk aurait jeté une arme à feu dans son véhicule. L’avocat du rappeur va alors attester que ce n’était pas l’arme du rappeur. L’ami de Durk, Clarence, voudra confirmer les faits, en témoignant que c’était son arme à lui. Le juge ne laissera pas la chance à Clarence de témoigner et d’innocenter Durk dans cette histoire. La caution du rappeur sera alors de 100.000$ (10.000$ en Illinois) et c’est aussi à ce moment-là que Durk demandera l’argent à Chief Keef pour le faire sortir de prison, et où Sosa refusera. Il sortira tout de même sous caution, mais se fera arrêter moins d’un mois après sa sortie, le 17 Juillet 2013. Le 7 Novembre 2014, le rappeur est une nouvelle fois arrêté pour possession d’arme à feu illégale. Il est l’un des rares membres de gangs à s’en être sortie après 3 arrestations pour possession d’arme à feu illégale, dont deux en tant qu’individu reconnu comme en possédant une régulièrement. En 2019, Lil Durk et King Von sont arrêtés pour une fusillade à Atlanta. Ils ont racketté un Vice Lord de Chicago à Atlanta et lui ont tiré dessus, le laissant quasiment pour mort. La victime survivra (et sera arrêté à Chicago pour une fusillade dans une boîte de nuit) et Lil Durk et King Von auront interdiction de s’approcher.

Si Lil Durk a été arrêté autant de fois avec une arme à feu, ce n’est pas pour rien. Revenons en 2008. Lil Jojo et sa génération ont deux ans de moins que Lil Durk et vont, eux aussi, faire leur entrée à Robeson. Lil Durk le sait, les bagarres sont fréquentes, mais il est clairement en infériorité numérique. Avant qu’il ne se fasse renvoyer de Robeson en 2009, Durk va devoir subir les attaques répétitives des membres de l’EvansMobb 079 (Hittz) et de la Brick$quad 069 (Lil Jojo, Smylez etc). 2008 va alors être le début de tout. Durk va devoir s’impliquer dans la guerre de gang. En parallèle, il va perdre ce qu’il dit décrit comme « la première personne importante qui va décéder », Iris, sa cousine. Cette dernière décède d’une maladie aux environs de 2008, Durk continue de la dédicacer encore aujourd’hui. Une nouvelle fois sous l’influence de Lil Law, il va réaliser ses deux premières et uniques fusillades à Chicago. Ils vont alors allez tirer à deux reprises, dans deux situations différentes, sur des membres du No Luv City, les ennemis principaux de Lamron. Lil Law lui, sera arrêté en 2009 et condamné à 15 ans de prison pour tentative de meurtre. Lil Durk continue de lui aussi, le dédicacer.

Lil Law

Quand Lil Durk se fait virer de l’école en 2009, il se rapproche de DGainz, le célèbre vidéo clippeur. Cette même année-là, il va perdre un ami à lui, Lil Moe, cousin de Lil Reese et lui aussi membre de Lamron. Le premier ami d’une malheureuse et longue liste.

Parlons de l’OTF. En effet, Lil Durk a créé son propre label, reprenant le mouvement « OTF« . Comme Edai et Young Famous ont créé le groupe de musique « Team 600« . Néanmoins, Lil Durk n’a pas créé l’OTF en elle-même. Le mouvement, l’alliance de sets, n’a pas été créé par Lil Durk, il en est juste un membre (le plus populaire je vous l’accorde), comprenant des dizaines de sets et des centaines de membres. Il ne faut donc pas confondre l’OTF, l’alliance, le mouvement et OTF le label.

En 2012, alors que Lil Durk commence à s’installer tranquillement, mais sûrement dans la drill, il fait un show avec d’autres membres de Lamron à Adriana. Avant que le show ne se termine, les membres de la Brick$quad 069 vont faire fuir les membres de Lamron par l’arrière de la salle. Qu’importe en réalité pour lui, puisque cette même année, il commence à prendre du galon, musicalement parlant. C’est aussi cette même année qu’il fait exploser l’ère drill de Chicago avec son titre « L’s Anthem« .

Nuski x Lil Durk

Lorsque Lil Durk va suivre le mouvement des clashs, il va alors devenir une cible. En guerre depuis 2010-11 avec la 051 Young Money, Lil Durk va mettre de l’huile sur le feu dans ses musiques, mais surtout, dans ses vidéos. Si on doit l’avouer, qu’il est très intelligent quand il bouge, le rappeur va alors faire cibler indirectement ses proches. En 2014, il va conduire RondoNumba9 et Cdai (tous les deux de la 600) chez la 051 Young Money pour tenter de venger le rappeur L’A Capone, tué en Septembre 2013. Après la mort de Lil Marc et avant celle de son cousin Nuski du FaceWorld 079, Lil Durk fait une vidéo clashant Lil Marc ainsi que la 051 Young Money. Durk trouve aussi une manière d’agacer ses ennemis sans se faire toucher directement, du moins, c’est ce qu’il pensait. Notons aussi qu’après la mort de L’A Capone, avec qui il était tout de même amis, il perd Pluto le 29 Novembre 2013. Pluto est tué par son ami de la TYMB, durant une fusillade avec Melly de 051 Young Money. Cette même année-là, en 2013, Lil Rob de Lamron est lui tué par la 051 Young Money. Lil Durk avait de quoi être lui aussi agacé, malheureusement, ses clashs ont un prix. Retour en 2014, après la mort de Lil Marc et la vidéo avec THF TP, Lil Durk est à Chicago, en véhicule, avec son cousin Nuski. Nuski a rendez-vous avec sa petite amie, mannequin, sur un parking. L’attente se fait longue et aucun des deux cousins n’est armé. Durk décide alors de sortir du véhicule et d’entrer dans un des magasins en face du parking. Il aura à peine le temps de faire un aller-retour, qu’un véhicule comprenant plusieurs membres de la 051 Young Money arrive. Nuski est pris pour cible dans le véhicule, de la gauche, droite et derrière. Quand Lil Durk reviens vers le véhicule, celui-ci est encastré dans un mur. Il voit son cousin se vider de son sang petit à petit. Nuski décèdera de ses blessures. L’OTF va alors se diviser en deux.

Cette même année, il va entrer en clash avec le rappeur Tyga, qui va se faire épauler de The Game. Une embrouille qui se terminera par une rencontre de Lil Durk et The Game, où il ne se passera rien malgré toutes les menaces du rappeur The Game. Une année particulièrement triste pour le rappeur de Chicago. C’est peut-être aussi à ce moment-là, que l’OTF a fait preuve de force. Ils sont restés solidaires et unies.

Quand MuBu Krump (petit frère d’un des créateurs de l’OTF), avant son arrestation et avant la mort de Nuski, va entrer en clash avec ce dernier, les deux rappeurs vont se tirer dessus. L’OTF battait déjà de l’aile à ce moment. Par contre, à la mort de Nuski et quand Krump va clasher Nuski, Durk va alors rompre tout lien avec l’un des sets originaux de l’OTF: Dro City. L’OTF se retrouve coupé en deux, d’un côté le camp de Lil Durk et de l’autre, celui de Krump. Après la mort de Nuski, Durk va se mettre à la boxe. King Louie du Dro City, avec qui Durk était en bonne entente, va logiquement choisir le camp de Krump. Lors d’une rencontre dans un magasin, les deux rappeurs vont se chauffer. King Louie va malheureusement clasher Nuski et Durk va alors le frapper pendant quelques secondes, avant que la sécurité n’intervienne très rapidement. La 051 Young Money, qui est du côté de Krump, va continuer de jouer avec Lil Durk à ce jeu du chat et de la souris (pour vous dire, en 2021, le jeu est toujours d’actualité).

Krump et Lil Durk

Lil Durk est un gangster qui a toujours assumé sa non-participation directe à la guerre des gangs. Malheureusement, le fait qu’il soit devenu le rappeur le plus populaire de Chiraq, fait de lui une cible de base. Ajoutons cela au fait qu’il clash certains de ses ennemis régulièrement sans vraiment être à Lamron ou à Chicago, énerve plus les ennemis qu’un rappeur à Chicago. Sachant très bien qu’ils ne vont pas l’attraper de si tôt, Lil Durk fait de ses proches des cibles. Accordons-le, il s’est calmé, malgré les sneakdiss (clash sans citer de nom) après la mort de Melly de la 051 Young Money, mais c’est compréhensible.

E-Dogg, Durk, Fredo Santana, Tadoe, JL & J-Money

Non, Lil Durk n’a jamais sacrifié personne. Que ça soit proche ou inconnu, il fait malheureusement partie de ses rappeurs maudits. En 2014, un de ses fans est tué dans une histoire de drogue, le rappeur lui rend hommage. En 2015, son manager, Chino et membre de la THF 46, est tué par la 051 Young Money. Son cousin OTF Baby D est lui tué en 2018. En 2019, il perd ses deux cousins, Lil Mister du Wuga World (à qui il ne va pas rendre hommage) et TayMoneyBagz du TTE. N’oublions pas que le grand J-Money, un des meneurs de l’OTF, membre d’O’Block et avec qui Lil Durk était proche, est tué en Septembre 2013, quelques jours avant L’A Capone. En 2020, King Von est tué à son tour. Cette liste peut malheureusement continuer longtemps du côté de Lil Durk et le fait qu’il sorte des projets après la mort d’un proche, ne fait pas de lui quelqu’un qui fait des sacrifices. Il reste un rappeur de Chicago et un membre de gang, que ça soit pour Durk ou un autre rappeur, il ne peut pas montrer ses faiblesses et doit toujours aller de l’avant, surtout quand tu perds plusieurs proches par an.

Malgré le fait qu’il n’a jamais pris Kenny Mac dans l’OTF (et là, c’est mon ressenti personnel qui parle), Lil Durk est un des rappeurs les plus loyaux de Chicago. Malgré des passages incompréhensibles (comme avoir laissé Bayzoo en prison alors que sa caution n’était qu’à 4.000$), Durk a réussi à monter une équipe de tueur-rappeur, soudés et loyaux entre eux. Nous pouvons le dire: il a monté un empire. Et si vous voulez mon avis, ce n’est que le début de cet empire, qui va s’accroître de jour en jour.

En 2021, comme va vous l’expliquer Yazid, Lil Durk est au sommet. Je ne l’ai pas mentionné, même si c’est bien connu, Lil Durk est le père de 6 enfants et est actuellement en couple avec India. L’histoire entre Chief Keef et Lil Durk, elle aussi, n’est pas mentionnée plus que ça, tout simplement parce qu’il n’y a plus d’embrouille et que les fans n’arrêtent pas d’envenimer la chose. En 2021, l’OTF et le Glo Gang sont cools, certains se parlent même régulièrement.

Lien du procès de Big Durk: https://caselaw.findlaw.com/us-7th-circuit/1139810.html



Par: Yazid

La partie « street » de l’histoire de Lil Durk vous ayant été expliquée par le CEO, je prends le relais pour parler musique.


Vous le savez tous: à l’heure d’aujourd’hui, Lil Durk est un des rappeurs les plus côtés de la planète. Comptabilisant plus de 19M d’auditeurs mensuels sur Spotify, il enchaîne les certifications RIAA et les entrées au Billboard à vitesse grand V (numéro 1 pour le début 2021 avec 7 entrées).
Des apparitions sur les albums de grands noms comme Drake, Future ou encore Lil Uzi Vert ont permis au monde de découvrir qui est Lil Durk. Ses bonnes performances et sa régularité lui ont permis de prendre une autre dimension. Mais le parcours vers le monde du « mainstream » fut long et semé d’embûches pour Lil Durk.

Retournons là où tout a commencé. Nous sommes à Chicago dans les années 2008-2009. PacMan de Dro City arrive un tout nouveau style de rap, la drill. La drill est un sous-genre du rap qui a pour principe de raconter aux auditeurs le côté sombre et violent de la rue. Meurtres, insultes sur les ennemis morts… Tout le monde y passe.
C’est donc en plein milieu de la vague drill que des rappeurs comme Chief Keef, Lil Reese ou encore Fredo Santana ont décidé de commencer le rap.


Lil Durk ne fait pas exception à la règle. Il commence à faire de la drill en 2009. Il est possible de retrouver le son RIP Moe, où il clashe les sets Brick City (aujourd’hui allié avec lui et connu sous le nom de 600) et NoLuvCity, datant de 2009 sur YouTube. Si on tend bien l’oreille, on remarquera qu’il sonne énormément comme Lil Wayne. Ce dernier est l’influence majeure de Durk.


Dans une interview donnée au média Genius en 2019, Lil Durk rappera le couplet de Lil Wayne dans « Go DJ » puis dira que c’est le meilleur rappeur de l’histoire. Il continuera en disant que c’est lui qui l’a influencé, que ce soit musicalement ou au niveau de l’apparence, avec les dreadlocks blondes. D’ailleurs, cette influence ressort beaucoup sur Lamron Wasted (2010), un des premiers singles de Durk.


Lil Durk continuera à rapper mais sans trop prendre la musique au sérieux. On le retrouvera souvent en duo avec son ami de toujours Lil Reese sur des titres comme L’s Bitch (2010), Rob Who (2011) ou Off The Shits (2011). Durk commencera ainsi à prendre de plus en plus en confiance et finira par trouver un style qui le démarquera des autres. Le son I’m A Hitta en est l’exemple parfait: il nous fait comprendre que son équipe et lui sont des assassins mais pas de manière rappée. À la différence des autres drilleurs de l’époque, c’est par le chant qu’il exprime tout ça. Ce son provoquera un certain engouement autour de lui à Chicago et il sortira donc son premier projet solo I’m A Hitta en 2011. Pas mal de gens ont vu un certain potentiel en Durk, il a donc eu beaucoup de bons retours sur MySpace (les réseaux sociaux de l’époque hein…).


Durk décidera donc de prendre le rap au sérieux. Il commençait à muer et les mix de ses sons s’amélioraient au fur et à mesure qu’il en sortait. Mais c’est en 2012 que les choses se sont accélérées pour lui. Il faisait de plus en plus d’apparitions notables sur les sons des rappeurs locaux. En plus d’excellents feats comme Off The Shits, Jack Boys ou OTF avec son partenaire Lil Reese, on pouvait le retrouver en collaboration avec King Louie sur I Get Paid, avec Fredo Santana sur Wild Niggas et Beef (avec Lil Reese en feat) ou encore avec Chief Keef sur Gotta Sack. Mais c’est lorsque Lil Durk sortira L’s Anthem qu’il arrivera à se faire un nom. Véritable classique de la drill, il y clashe la Brick$quad de Lil JoJo et le WugaWorld de son cousin Lil Mister. Ce son va faire un énorme bruit dans la Windy City et créer des guerres très sanglantes. Il sortira ensuite son deuxième projet solo I’m Still A Hitta sur lequel des rappeurs côtés comme King Louie, Fredo Santana ou Lil Reese figureront. Grâce à tout ce buzz, lui et Lil Reese décrocheront un contrat avec la maison de disque Def Jam (avant Chief Keef, important de le souligner).


Malheureusement, ce qui pouvait ressembler à une belle histoire se transformera vite en cauchemar. Lil Durk, ayant été attrapé par la police pour port d’arme, prend plusieurs mois de prison. Lui, qui était le rappeur le plus côté de la ville, a vu tous ses amis (Chief Keef, Lil Reese, Fredo Santana…) devenir des stars à l’échelle nationale pendant sa détention. Il était désormais relégué au second plan.

Durk comprit qu’il valait mieux se donner à fond de la musique s’il ne voulait pas devenir un de ces si nombreux talents gâchés. Juste après sa sortie de prison, il clippera le son Right Here. Right Here est l’un des tournants de la carrière de Lil Durk. En effet, grâce à ce son, de plus en plus de gens commencent alors à l’observer et ce à l’échelle nationale. C’est donc ainsi que Lil Durk se rapprochera de grosses têtes confirmées comme French Montana ou encore Yo Gotti. Ces derniers seront d’ailleurs présents sur le projet que Lil Durk sortira peu après en 2012, Life Ain’t No Joke. À travers ce projet, on le sent bien plus sérieux et professionnel. Il essaie de proposer une certaine diversité dans sa musique: on passe de la vraie drill bien violente avec Dem Niggaz ou 52 Bars aux sons mélodieux pouvant faire bouger un club comme Mollygurl. Il il y a aussi des sons plus mélancoliques et personnels comme Life Ain’t No Joke Outro.


Un début de buzz était présent. Il fallait donc le capitaliser pour pouvoir devenir un nom sur lequel il faudrait compter dans les prochaines années.


Et c’est logiquement en 2013 que la carrière de Lil Durk prit son envol. Lil Durk sortira tout d’abord 52 Bars, pt 2 (un de ses incontournables) dans lequel il nous montre sa maîtrise du genre drill: pas de refrain, il ne s’agit que d’une avalanche de punchlines bien pensées et bien placées.


Mais c’est surtout en Mai 2013 qu’il arrive avec Dis Ain’t What U Want. Véritable hymne au meurtre, il menace les ennemis et envoie un message clair à l’industrie: il est désormais là et pour longtemps. Dis Ain’t What U Want sera l’élément déclencheur de l’engouement autour de Lil Durk. Ce son est aujourd’hui considéré comme un classique par les amateurs de drill et a bercé pas mal de rappeurs actuels connus durant leur adolescence (notamment Roddy Ricch qui l’avait reposté sur Insta en Novembre 2020). La popularité de Dis Ain’t What U Want est due au fait que ce soit un son drill différent des autres: Lil Durk peut nous parler de sa vie difficile et son style de vie dangereux de manière non agressive et chantée. Il signe dans la foulée au sein du label French Montana, Coke Boyz et ils sortiront un remix de L’s Anthem pour officialiser cela en plus d’un remix de Dis Ain’t What U Want (avec Meek Mill et Rick Ross).


Lil Durk va donc sortir la mixtape Signed to the Streets, qui est considérée jusqu’à présent comme un classique, sur le site DatPiff. Il s’agit d’un format 15 titres avec pour seul invité son ami de toujours Lil Reese. Durk nous montre toute l’étendue de sa palette avec des sons drills à sa sauce (Traumatized, 100 Rounds, Dis Ain’t What U Want, Hittaz…) tout en maitrisant la drill classique (Competition, 52 Bars pt 2) ainsi que des bangers plus adaptés pour les clubs (Bangbros, Can’t Go Like That). Il fera des sons poignants comme Times où il rend hommage à tous ses amis morts.
La mixtape sera très bien accueillie par les auditeurs. Lil Durk, avec son originalité, était un drilleur opposé aux Chief Keef et consorts. Sa popularité va donc continuer à croître.


En 2014, Durk va surfer sur la vague en sortant sa mixtape Signed to the Streets 2 sur DatPiff avec comme invités des rappeurs plus connus: Young Thug, les Migos et French Montana. Elle connaîtra plus de succès sur DatPiff que le premier volume de Signed to the Streets. C’est un projet avec des sons majoritairement drill comme War Wit Us, Gas and Mud ou Lil Niggaz connaitront un certain succès, mais il y avait aussi un son totalement différent où Durk se livre sur ses sentiments amoureux en profitant des atouts de son chant: il s’agit de What You Do To Me, qui attirera l’attention de Dej Loaf (qui le remixera).


Lil Durk sera même invité au XXL Freshman cette année-là avec d’autres jeunes rappeurs prometteurs comme Rich Homie Quan, Ty Dolla $ign, Kevin Gates, Lil Bibby ou August Alsina.


Lil Durk voulait enchainer avec une 3eme mixtape mais Def Jam l’a bloqué. En effet, il était temps pour lui de sortir un vrai album chez sa maison de disque, afin de passer un cap.


Son premier album « Remember My Name » sortira donc le 2 juin 2015. Malheureusement, il ne vendra que 28 000 albums la première semaine. Ce flop s’explique de par le fait que le projet était beaucoup trop à l’opposé aux attentes du public. Remember My Name mettait plus en avant les qualités de chanteur de Durk et ce au détriment du rap. Bien sûr, il y’a eu des sons purement kickés comme Tryna Tryna avec Logic, What Your Life Like, Amber Alert ou 500 Homicides mais ce n’était pas suffisant. Cependant, tout n’était pas si noir: le single phare de l’album Like Me en featuring avec Jeremih fera un tabac et sera certifié disque d’or par la RIAA. Avec ce disque d’or, Durk deviendra le premier rappeur de la génération Chiraq à avoir une certification (donc avant des Chief Keef, des Lil Reese ou des G Herbo qui ont pourtant percé avant lui). C’est un son intéressant dans son évolution musicale: on voit un Lil Durk qui s’essaye à des sonorités plus RnB, tout en conservant un côté street. Les fans seront malgré tout déçus par ce changement, se reconnaissant de moins en moins en lui.

Il sortira donc la mixtape 300 Days 300 Nights où il retourne à sa formule normale à quelques différences près. En effet, la trap d’Atlanta était le style musical le plus prisé à l’époque. Du coup, on avait droit à un Durk avec des sonorités et des textes se rapprochant bien plus de cette dernière que de la drill. On retrouve dans 300 Days 300 Nights de gros bangers comme Gunz N Money, Drug Party ou Jump Off. Il y a invité des pointures du rap / trap telles que Meek Mill, Young Dolph, Young Thug ou encore Future. Cependant, un son du projet fait débat malgré son succès. Je parle bien de My Beyoncé. My Beyoncé compte actuellement quasiment 75M de vues sur YouTube et est certifié disque d’or par la RIAA. Il s’agit d’une sorte de ghetto love story qu’il nous raconte en chantant avec sa « copine » du moment Dej Loaf. C’est sûr que c’est un hit mais les fans étaient en droit de se demander si Durk ne s’était pas perdu, devenant un pur produit de l’industrie, privilégiant le commercial à la qualité et à ses fans. Beaucoup de fans lui ont tourné le dos suite à cela.

Parlons maintenant de son année 2016. Suite à l’engouement que Like Me et My Beyoncé ont pu provoquer autour de lui, Durk décide de sortir son second album chez DefJam: Lil Durk 2X avec My Beyoncé pour porter le projet. Il va inviter de gros rappeurs du moment comme Young Thug, Future ou encore Ty Dolla $ign.
Lil Durk 2X est tout aussi trap que 300 Days 300 Nights avec des sons comme Glock Up, Check, Lil Durk 2X où il montre qu’il maîtrise totalement ce registre. Le projet sera bien accueilli par la critique, Pitchfork lui donnant notamment la note de 7,7/10. Tout semblait bien parti mais la première semaine de ventes ramena Lil Durk à la réalité. L’album va faire un flop total: 12 000 ventes la première semaine. Au lieu de connaître une progression commerciale logique, ses ventes régressaient alors que celles de Remember My Name n’étaient déjà pas fameuses…


De plus, Lil Durk faisait de moins en moins parler de lui. Tous les auditeurs n’avaient que les noms des trappeurs d’Atlanta à la bouche. Je pense notamment à des Young Thug, Future, Fetty Wap, aux Migos, à Gucci Mane… La scène rap était bien bouchée. Déjà que la trap avait réussi à étouffer la vague drill que Chief Keef avait ramené dès 2014, le mouvement drill était bel et bien mort. Entre Chief Keef et Lil Reese qui ont rapidement fini aux oubliettes et un Lil Durk qui n’arrivait pas à tirer son épingle du jeu face aux gros noms du rap… Le constat était clair: Chiraq ne faisait plus vendre. L’ère drill était belle et bien terminée.


J’ai une anecdote intéressante en tête pour illustrer mes propos: Lil Durk a un jour raconté qu’en 2016-17, il lui arrivait d’organiser des shows et de n’y voir que 50 personnes.
L’histoire aurait pu s’arrêter là. On le sait tous, la plupart des rappeurs qui perdent leur buzz de cette manière ne se relèvent jamais. Ils n’ont pas ni la lucidité ni l’humilité nécessaire pour admettre qu’ils sont dépassés. Ils ne se remettent pas en question et s’entêtent en multipliant les mauvais choix.
Lil Durk s’est dit qu’il serait vraiment dommage de partir sur une mauvaise note alors qu’il n’avait pas tout montré au public. Il quitta donc l’environnement néfaste de Chicago pour se rapprocher d’Atlanta. C’est en apprenant auprès de grands maîtres que l’on atteint l’excellence. Il se liera donc d’amitié avec Young Thug, Future et d’autres rappeurs très connus.


Il travaillera dans l’ombre en 2017 pour revenir sur le devant de la scène. Cette année-là, il sortit pas moins de 5 mixtapes pour garder le peu de fans qu’il lui restait: They Forgot, Love Songs for the Streets, Supa Vultures avec son ami Lil Reese, Bloodas avec Tee Grizzley et Signed to the Streets 2.5. Dans 2.5 justement, on entend des innovations dans les flows de Durk ainsi que dans sa manière de poser. Il était en pleine transformation. Il était sur un début de piste, mais encore fallait-il peaufiner ce style. Il fera d’ailleurs une apparition courte, mais remarquée sur Get High en featuring avec Young Thug et Snoop Dogg dans l’album Beautiful Thugger Girls de Young Thug.


Passons à 2018. C’est là que les choses vont recommencer à se remettre en ordre. Lil Durk finit par quitter la maison de disque Def Jam. Son choix s’explique de par le fait que Def Jam ne laissait pas son génie artistique s’exprimer. Ils avaient une idée bien arrêtée de ce qu’ils devaient en faire: une popstar. Lil Durk ne se reconnaissait pas en ça et voulait enfin faire ses choix lui-même. Le départ fut inévitable. Il sortira peu après son premier projet indépendant Just Cause Y’all Waited avec le label qu’il a créé « Only The Family / OTF ».
Just Cause Y’all Waited, malgré sa piètre performance commerciale (moins de 9000 ventes), donnait de l’espoir aux fans. Lil Durk n’était pas encore mort et était revenu avec un nouveau style. C’était encore assez expérimental, mais on remarque assez vite que ses flows sont plus variés et les sonorités plus adaptées à ce qui se faisait dans l’industrie du rap. Prenons par exemple le son Just Flow. Il s’agit d’un 52 Bars revisité avec le nouveau flow de Durk. Aussi, l’alchimie entre Lil Durk et Lil Baby sur How I Know a permis de remettre une certaine lumière sur la musique de Durk. Mais c’est surtout Home Body avec Gunna et TK Kravitz qui fera un carton. Le son sera certifié disque de platine par la RIAA et va permettre aux fans de pouvoir garder un œil sur Lil Durk.


Les efforts commençaient à payer, il avait réussi à recréer une sorte d’intérêt autour de lui. Mais il n’était plus tout seul. En effet, il signa plusieurs artistes dans son label dont King Von (RIP). Il devait donc se refaire une image pour pouvoir faire percer ses poulains.


Il signera donc chez Alamo Records et sortira un single, No Auto Durk qui deviendra viral. No Auto est certifié disque d’or par la RIAA et est jusqu’à l’heure d’aujourd’hui, un des memes les plus présents sur les réseaux sociaux.
Il sortira quelques mois après son premier album chez eux: Signed to the Streets 3 avec pas mal d’invités prestigieux : Future, Ty Dolla, Kodak Black, Lil Baby, Lil Skies… On remarque à travers notre écoute du projet que Lil Durk avait réussi à changer son style musical du tout au tout. Ce n’était plus du tout le même artiste. Le ton de la voix, les mélodies, les punchlines qui étaient bien plus recherchées, une nouvelle manière de jouer sur les mots qui s’avérait bien plus catchy… Je vous conseille des sons comme Spazz ou Skrubs qui vous introduisent à la nouvelle version de Durk. Ce projet est une réussite qualitativement parlant.
C’est quantitativement parlant que le bas blesse. Il score 27 000 ventes en première semaine. Mais encore, c’est bien à son échelle, car n’oublions qu’en 2016 encore, il faisait à peine 12 000 ventes avec Lil Durk 2x. Il regagnait donc en popularité. Il fallait continuer à devenir plus populaire et toucher la nouvelle génération, car oui, le rap et ses auditeurs ont bien changé depuis 2013. Et c’est à travers des apparitions satisfaisantes sur des aux côtés de rappeurs en vue. On peut noter ses feats sur l’album de PNB Rock, sur celui de A Boogie Wit A Hoodie et sur la mixtape commune de Lil Baby et Gunna (OFF White Vlone en feat avec Durk et NAV qui sera d’ailleurs certifié or).


L’année 2019 sera une transition pour lui. Durant cette année, il n’hésitera pas à collaborer avec son protégé King Von pour aussi l’aider à gagner en buzz tout en multipliant les feats avec des rappeurs en pleine explosion comme Calboy (notamment Chariot), Lil Tjay ou Polo G. La popularité de Durk et de Von augmentera et leur incarcération pour tentative de meurtre viendra doubler leur côte.


Peu après leur libération, Durk sortira l’album Love Songs 4 the Streets 2. Il y invitera King Von ainsi que pas mal de beau monde: Meek Mill, Nicki Minaj, Key Glock, 21 Savage, A Boogie Wit A Hoodie… L’album fera 44 000 ventes en première semaine et se classera numéro 4 dans les charts, ce qui est très satisfaisant. La carrière de Durk était en train de se remettre en route, tout doucement mais sûrement. Il regagnait en popularité. À la fin de l’année, il signe de grosses performances sur le single de Future, Last Name (qu’il mettra même dans son album High Off Life) ainsi que dans l’album de Roddy Ricch (le son Moonwalkin). Il sortira une mixtape Family Over Everything pour conclure l’année, dans laquelle il met en avant les rappeurs de son label.


C’est en 2020 que Durk connaîtra enfin la consécration. Il fit tout d’abord une apparition remarquée sur le très attendu album de Lil Uzi Vert dans le son No Auto. Il continuera ses bonnes performances sur l’album de G Herbo dans Party in Heaven et en tant qu’invité sur Havin My Way de Lil Skies. Les gens attendaient donc Durk au tournant. Ce dernier avait annoncé un projet en collaboration avec le producteur le plus en vue du game, Metro Boomin.
Il décide juste avant de sortir un album, Just Cause Y’all Waited 2, pour prendre la température auprès des fans. Mission réussie, car il fera 57 000 ventes en première semaine et avec sa deluxe, il atteindra la deuxième place des charts. Il avait enfin pu retrouver son buzz d’antan. Des pointures comme Trippie Redd, Future, Ty Dolla $ign, Lil Yachty, Lil Uzi Vert ou encore Megan Thee Stallion n’hésitaient pas à l’inviter sur leurs projets. On pouvait voir Durk en feat sur chaque grosse sortie. 


Mais le moment de gloire de Lil Durk arrivera enfin le 14 août 2020. Le grand Drake revient aux affaires et invite Lil Durk pour le single promotionnel de son album Certified Lover Boy. Le couplet de Lil Durk sur Laugh Now, Cry Later viendra choquer pas mal d’auditeurs malgré le fait qu’il ne dure que 28 secondes. Il viendra voler la vedette au rappeur le plus célèbre du monde sur son propre son. Ainsi, toutes les caméras du monde se sont braquées sur Lil Durk. On assistait à la naissance d’une star. Ce dernier a vu sa côte exploser et ses chiffres sur les plateformes être multipliés par 10. Il obtint même un disque de platine sur son son 3 Headed GOAT avec Lil Baby et Polo G. Le feat avec Drake est un succès et est à l’heure d’aujourd’hui double disque de platine et a contribué à enfin donner à Durkio la reconnaissance qu’il méritait.


C’est ainsi que son album Just Cause Y’all Waited 2 sera certifié or en Décembre 2020, ce qui est la récompense de tous ses efforts depuis 2013.


Il sortira dans la foulée un autre album « The Voice » pour rendre hommage à son poulain King Von, décédé en Novembre. L’album fera 70 000 ventes en première semaine dont 23 000 le premier jour (ce qui est très bien car le projet avait fuité). À l’heure d’aujourd’hui, il a vendu environ +500.000 copies et l’album est certifié disque d’Or. La deluxe de « The Voice » elle s’est vendue à 89.000 reprises la première semaine.


Lil Durk est donc bel et bien devenu une tête dans le jeu et à ce jour, le seul représentant encore populaire de la génération Chiraq. Mais comme vous avez bien pu le lire, cela a dû impliquer pas mal de sacrifices. Sans une certaine éthique de travail ainsi qu’une énorme capacité de remise en question, l’histoire aurait pu vite tourner court.
2021 sera une année charnière pour Lil Durk, qui devra confirmer qu’on ne l’a pas surcoté. On verra donc s’il a les épaules pour jouer dans la cour des grands, étant donné qu’il en est désormais un.



Laissez un commentaire

Don`t copy text!