Ennuyé, fauché et armé: la violence à Chicago, la guerre entre O’Block et Jaro City ainsi que la trêve proposée.

Les jeunes membres qui se proclament Gangster Disciples étaient entourés d’un terrain vague. Ils sont ensuite passés devant une fresque “Stop à la Violence” peinte sur le mur d’un New Food (une épicerie), ils se sont arrêtés lorsqu’ils ont vu des membres d’un gang rival, les Black Disciples.

C’était en fin Septembre dernier, à une intersection très fréquentée du Sud de Chicago et rapidement, les tensions ont augmenté, se rappellent les membres de gangs qui étaient présents.

Ils ont dit qu’il y avait eu de longs regards puis des mots.

T’es un rat (une balance)“, un membre des Black Disciples balance à un membre des Gangster Disciples qui, selon lui, aurait donné des informations à la police sur lui.

Les choses étaient sur le point d’exploser.

Cela faisait exactement 90 jours que certains de ces hommes s’étaient assis les uns en face des autres, dans une spacieuse église, pour négocier une paix et affronter une dure vérité: la guerre des gangs dont ils avaient hérité et qu’ils continuaient vicieusement, aidait à démêler certaines parties de cette ville, là où les niveaux de violence atteignaient d’horribles nouveaux sommets.

Avec 739 meurtres en 2016 à Chicago, c’était l’année la plus meurtrière depuis 1997. Six morts ont eu lieu durant le week-end du Memorial Day. Alors que le New-York Times a compté 49 fusillades, impliquant 64 personnes blessées en trois jours. Un des survivants d’une des fusillades du week-end était un Gangster Disciple, aussi connu sous le nom de Mexico. Il s’est fait tirer dans la jambe droite le 29 Mai, lorsque des tensions ont éclaté entre les même sets (factions), qui étaient sur le point de s’affronter devant un magasin, le New Food Inc.

Kaos à gauche, avec les dreadlocks blondes. Gucci et Rell Rell de Jaro City à droite, à un corner.

Les Rois des Corners et des Blocks

Après la fusillade, une douzaine de Black Disciples se sont réunis à leur base: la cité de Parkway Gardens (O’Block), où se trouvent plusieurs immeubles de taille moyenne, situés sur trois pâtés de maisons, tout le long de South Martin Luther King Jr. Drive. Construit dans les années 1950 pour loger les familles noires de classe moyenne, Michelle Obama y a notamment vécu, lorsqu’elle était enfant.

Mais au fil du temps, les familles de classe moyenne sont parties et la plupart des familles à faible revenu ont emménagé. Plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté à Parkway Gardens (O’Block). Un Walgreens (une pharmacie) abandonné se trouve sur King Drive, avec des magasins de téléphones et des magasins de restauration rapide qui se sont installés lorsque de nombreuses entreprises sont parties.

Parkway Gardens a acquis la réputation d’être l’un des quartiers les plus violents de Chicago. Le quartier était cependant considéré comme une zone de sécurité pour les Black Disciples qui contrôlaient les immeubles – un set (faction) connu sous le nom de O’Block, en hommage au membre décédé, Odee Perry.

Maintenant, ils débattaient pour savoir comment répondre à la fusillade qui s’est déroulée au New Food.

Certaines personnes ont voulu respecter la trêve, en grande partie parce qu’elle leur permettait de gagner de l’argent en vendant de la drogue en toute quiétude. C’est la raison pour laquelle beaucoup l’avaient préconisée.

Les gangs noirs ont commencé à se développer sérieusement à Chicago dans les années 1950, lors de la deuxième vague de migration vers le Nord. Les migrants sont venus à la recherche d’emplois, mais ont été entassés et les cités furent surpeuplées.

Les conditions étaient réunies pour la suite: les jeunes, avec peu de surveillance, d’argent ou d’éducation, ont formé des bandes. Ils fréquentaient la société, se battaient et avaient d’autres problèmes mineurs.

Ces petits délits se sont transformés en extorsion de fonds pour envers les entreprises locales, à l’instar des gangs ethniques blancs et des gangsters locaux. Viennent ensuite les épidémies d’héroïne et de crack qui ont transformé les gangs en organisations lucratives de trafic de drogue se disputant un territoire. Pendant un certain temps, les gangs de Woodlawn ont également contribué à maintenir le calme et à éviter les émeutes après l’assassinat du révérend Martin Luther King Jr., ainsi qu’à la mise en place d’un programme de formation professionnelle financé par le gouvernement fédéral dans la région.

POUR EN SAVOIR PLUS: CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’HISTOIRE DES BLACK P.STONES.

Mais ces opérations hautement organisées se sont séparées au cours des 25 dernières années, lorsque les procureurs ont balayé les chefs de gangs et que la ville a démoli des ensembles de logements sociaux, dispersant les membres des gangs principalement dans les quartiers minoritaires des côtés Ouest et Sud.

Maintenant, ils étaient partout et nulle part.

Et au lieu du territoire et de l’argent, ils se battaient pour des histoires personnelles.

Kaos craignait la réaction d’O’Block aux coups de feu tirés par le membre de Jaro City à New Food. La violence a toutefois continué cette semaine-là.

Deux jours après la fusillade à New Food, deux Gangster Disciples ont été abattus, durant la nuit, dans une ruelle, mais des personnes des deux camps ont déclaré que cette fusillade n’était pas liée au conflit.

Un jour plus tard, les deux camps se sont à nouveau affrontés près du New Food, en se tirant dessus. La mère d’un Black Disciple a été prise dans le feu de l’action et fut touchée par une balle dans le pied gauche.

Le 22 Septembre, en fin d’après-midi, les cloches d’alarme ont retenti à l’église de New Beginnings. Le pasteur Brooks s’est entretenu avec certains anciens des gangs. La trêve semblait en train de s’effondrer.

Lavondale Glass, 43 ans, ancien Gangster Disciple, qui aidait à négocier la paix, a vu les jeunes hommes sombrer dans la dangereuse logique de la vengeance.

Lavondale Glass alias Big Dale.

«C’est ce que je ne comprends pas avec la jeune génération», a déclaré un jourMr.Glass, surnommé Big Dale, à Kaos, . “Comment pouvez-vous honorer les morts et non les vivants?Ceux qui ont été tués sont morts, a-t-il dit. “Vous ne pouvez pas les ramener.

Big Dale a perdu son propre père, Leon Holton, en 1996. Il a été assassiné au cours d’une lutte pour le pouvoir au sein des Gangster Disciples, alors que les agents fédéraux combattaient avec acharnement plusieurs des plus importants lieutenants du gang. Son fils, qui fait partie du set (faction) Jaro City, a reçu une balle dans la main quelques jours avant la négociation de la trêve.

Mais il arrive souvent un moment où, les membres de gangs qui ont la chance de dépasser l’âge de 30 ans, doivent faire face aux dégâts qu’ils ont causé et veulent les réparer. Ce fut le cas de Big Dale.

Le pasteur Brooks et les anciens ont décidé que Big Dale rassemblerait les Gangsters Disciples pour discuter de ce qui se passait, tandis que les grosses têtes des Black Disciples feraient de même de leur côté. Ils organiseraient ensuite une session commune pour déterminer comment rétablir la paix.

Mais après que les Black Disciples aient passé environ une heure à se crier dessus dans un parking derrière l’église, les anciens se sont rendu compte qu’ils devaient d’abord résoudre un conflit interne. Il est apparu que certains membres du set (faction) d’O’Block étaient jaloux parce que, alors qu’ils étaient fauchés, leurs alliés du set (faction) de la 63rd Street semblaient gagner de l’argent en vendant de la drogue, a déclaré un ancien Black Disciple qui a décrit le problème sous le couvert de l’anonymat.

La vision de certains des jeunes d’O’Block était la suivante  : si eux ne pouvaient pas gagner d’argent, alors «personne ne le pouvait», a déclaré l’ancien Black Disciple. “Quand ils s’ennuient, ils font des choses stupides.

La vie de gangster: ennuyeuse, terrifiante

L’ennui fait, en effet, partie intégrante de la vie d’un gang.

Mais l’ennui mélangé au désespoir peut devenir menaçant.

Et, c’est là que plusieurs alliés des gangs de Kaos se sont retrouvés par une nuit fraîche à la fin du mois d’Octobre. Alors qu’ils portaient des masques de Guy Fawkes, ils ont agréssé un homme qu’ils avaient vu marcher seul, le long de King Drive. Ils étaient fauchés, et c’est comme ça qu’ils allaient combattre l’ennui.

Quand Kaos grandissait, la vie de gang semblait être autre chose qu’une existence économe et désespérée. Vivant avec sa mère dans la cité de Robert Taylor Homes, située juste au Sud du centre-ville, il a vu des placards fourrés de sacs de plastique Aldi pleins d’argent cachés par des Gangster Disciples, a-t-il raconté.

Il a déménagé lorsque les immeubles ont été démolis et est resté avec sa grand-mère sur le territoire des Black Disciples. Au début de son adolescence, il s’est avéré avoir un trouble du comportement qui le rendait impulsif. Il s’est investi profondément avec les Black Disciples après qu’un ami ait été tué par un rival du gang.

Vers 13 ans, a-t-il déclaré, il a été accusé de tentative de meurtre, ce qui l’a conduit dans une prison pour mineurs. Adulte, il a été inculpé de trois crimes avec arme à feu mais a obtenu le G.E.D (examens qui, lorsque réussi, affirme qu’une personne détient des compétences académiques de niveau high school) en prison.

Il a passé deux semestres à l’école de cuisine, mais a abandonné en partie parce que c’était situé sur le territoire d’un gang rival et que c’était dangereux, a-t-il déclaré.

Il a réussi à gagner suffisamment d’argent en vendant des médicaments pour se faire passer pour un homme fort. Grand, avec des dreadlocks blondes souvent cachées sous un chapeau de type safari, Kaos porte un jean Balmain qui coûte des centaines de dollars, une ceinture Versace et une montre scintillante.

Il traînait dans un appartement qu’il partageait avec sa petite amie et des amis sont venus le voir. Ils ont tous déploré le même problème: ils n’avaient pas d’argent.

Pour certains, il y avait un manque de motivation pour chercher un emploi. Pour d’autres, les casiers judiciaires ont été un obstacle. Kaos a déclaré qu’il avait été refoulé par Walmart, Walgreens, Footlocker et d’autres. Dans ce quartier, un adulte sur quatre n’a pas terminé ses études secondaires et le taux de chômage est de 33%, soit deux fois et demi le taux moyen de la ville.

Un Black Disciple à gauche avec un masque Guy Fawkes avant le racket et à droite un membre des Black Disicples transporté à l’hôpital après que la victime n’est sortie une arme.

Même lorsque Kaos a décroché un emploi, il a eu des complications sur le trajet. Les transports en commun peuvent faire des membres de gangs des cibles faciles pour leurs rivaux.

Kaos avait récemment décroché un emploi dans une entreprise de fabrication de pâtisseries pour les vols internationaux mais, il a démissionné trois jours plus tard, car il ne serait pas payé avant sa deuxième semaine, a-t-il déclaré. Et dans un quartier où les gens se disputent les billets d’un dollar, il n’avait personne à qui emprunter de l’argent pour l’essence de son véhicule.

Alors que la nuit tombait, Kaos a déclaré avoir jeté un coup d’œil par la fenêtre et avoir vu environ dix de ses alliés avec des masques de Guy Fawkes.

Quelques minutes plus tard, l’un d’eux a frappé à sa porte, a déclaré Kaos. Il lui a raconté que lui et certains des membres les plus jeunes du gang avaient tenté de voler un homme. Mais l’homme a tiré au pistolet sur l’un d’entre eux au niveau de la jambe et s’est enfui.

Une ambulance a emmené le blessé. Ses amis s’attardaient dans la cour en riant du fiasco.

À l’intérieur, Kaos secoua la tête.

Je ne sais pas à quoi ils pensaient“, a-t-il déclaré en ajoutant quelques injures.

Il a par la suite déploré: «Il suffit d’une personne pour pousser une foule.»

Maintenant, il y avait de nouveaux soucis: l’homme qu’ils ont essayé de voler pourrait appartenir à un gang, ce qui signifie qu’ils ont peut-être déclaré une guerre avec un set inconnu, a déclaré Kaos. Et si ce gars-là voulait exercer des représailles, il avait l’effet de surprise de son côté parce que personne ne l’avait bien vu.

Un sweat à capuche rouge en territoire ennemi

Les représailles sont un souci pour les membres de gangs du monde entier. C’était d’ailleurs le cas chez le rival, Jaro City, qui était en état d’alerte depuis la fusillade au New Food, quelques semaines plus tôt.

Le set s’inquiète de la reprise de la prochaine guerre, a déclaré Antwine White, un Gangster Disciple de 24 ans qui se fait aussi appeler Weedy. «Tu te prépares juste au pire», a-t-il déclaré. «Ils peuvent marcher ici. On pense que c’est cool. Ils tirent.

Cela définit la vie quotidienne des gangs à Chicago. Les jeunes hommes se baladent le torse bombé, mais leur tête pivote constamment et ils regardent partout autour d’eux.

C’est la raison pour laquelle les membres de gangs ici se lancent dans leur propre profilage: les personnes avec des dreadlocks et des sweats à capuche, en particulier ceux qu’ils n’ont jamais vus, attirent davantage l’attention.

Ainsi, quelques semaines après la fusillade, alors que la paix semblait rétablie, une discussion passionnée sur la politique et la révolution entre Weedy et ses alliés de gangs a brutalement pris fin à la vue d’un visage inconnu: un homme en sweat à capuche rouge.

«Il faisait des allées et venues au coin de la rue, juste en face de Rothschild», a déclaré un autre Gangster Disciple, faisant référence à un magasin d’alcool situé à environ 100 mètres de l’endroit où ils se trouvaient.

Quelques Gangster Disciples se sont précipités sur lui pour vérifier. Mais Weedy est resté en retrait.

Il était là, pris au milieu d’une situation ambiguë: Suis-je dans le gang ou dehors?, Comment puis-je partir quand la plupart de mes amis y sont encore  et qu’un jour je pourrais compter sur eux pour gagner quelques dollars.

Weedy a grandi dans le quartier. Son père était un Gangster Disciple haut gradé.

Il a apprécié l’attention. Mais, en vieillissant, il aspirait à une relation plus profonde avec son père. Il n’y avait pas de tape paternelle sur l’épaule ni de chaussures promises si il avait de bons résultats scolaires. Son père, qui, selon Weedy, aurait un problème d’alcool, s’arrangeait pour le chercher à la maison de sa mère, mais il restait assis jusqu’à 2 heures du matin, à attendre.

«Une fois que j’ai arrêté de croire à ses mensonges, c’était fini», a déclaré Weedy. “Ma confiance, ce lien avec lui n’existait plus.

Alors, quand il se battait à l’école, quand il avait besoin d’informations ou désirait de l’aide pour résoudre des problèmes, Weedy n’appelait pas son père. Il s’est tourné vers ses amis du quartier.

Les rues sont devenues encore plus attrayantes après la mort, il y a 11 ans, du Gangster Disciple, Jarvis Smith, âgé de 22 ans, qui a rapproché tous les habitants du quartier.

Weedy a commencé à vendre de la drogue et à parier. Il ne voulait pas être un tireur, mais il investissait une partie de son argent pour acheter des armes au gang.

Tout semblait aller pour le mieux jusqu’au 2 Juin 2014, alors qu’il se dirigeait vers son travail  : un magasin de vêtements de sport dans le centre-ville.

Weedy prenait le métro mais, l’arrêt le plus proche étant dans le quartier rival, il utilisa celui d’après. Alors qu’il marchait vers la station, il sentit un choc traverser son corps. Il tomba au sol.

Au sol, il a regardé par-dessus son épaule et a vu un homme tirer à une vingtaine de mètres. Weedy s’était déjà fait tirer dessus dans le passé, à deux reprises, mais il s’agissait de blessures légère. Cette fois, c’était sérieux.

Je pensais qu’il allait venir et qu’il allait tirer dessus à bout portant” dit Weedy. “Je pensais que c’était fini.

Son fils n’avait alors que six mois environ et cela le peinait de penser que le garçon grandirait sans père. Mais le tireur ne s’est jamais approché pour le tuer.

Après cela, Weedy a commencé à penser différemment, a-t-il déclaré. Il a décidé de se réconcilier avec son père. Il voulait tout faire pour que son fils grandisse dans de bonnes conditions et dans la bonne direction. De plus, il a dit à ses amis de ne pas le venger.

«Je suis recouvert du sang de Jésus», leur dit-il.

Mais quitter un gang n’est pas simple. Tout d’abord, ce n’est pas parce que vous dites que vous ne faites plus partie du gang que vos rivaux le voient de cette manière.

Cette après-midi-là, alors que ses amis marchaient pour voir si l’homme au sweat à capuche rouge était une menace, Weedy resta en retrait. Ses alliés ont appris que le jeune homme était bien un membre de la famille d’un rival. Mais, il ne faisait rien de menaçant alors ils l’ont laissé partir.

Weedy était toujours accoudé à la barrière et regardait la scène de loin.

«Même si c’était un ennemi, il peut aller au magasin», a déclaré Weedy. «Nous allons à leur magasin. Quel est le problème? Il faut être fair-play.»

Il n’a pas complètement quitté la vie de gang et ne le fera peut-être jamais. Mais, il était là, se questionnant non seulement sur la scène qui se déroulait devant lui, mais aussi par rapport à sa propre vie.

C’est une situation délicate, a déclaré Weedy. Si vous approchez un ennemi avec agressivité, il pourrait vous tirer dessus. Dans le cas contraire, vous êtes celui avec l’arme et “s’il vous parle mal, vous lui tirez dessus” dit-il.

«Soit vous allez en prison, soit vous êtes tué. C’est soit l’un soit l’autre. Tout ça pourquoi?

Correction: Quentin L – IrishRugbyman | quentinlambolez

AUTEUR

4 thoughts on “Ennuyé, fauché et armé: la violence à Chicago, la guerre entre O’Block et Jaro City ainsi que la trêve proposée.

  1. Ping : Google
  2. Ping : A片

Laisser un commentaire